L’Institut de Linguistique Appliquée et de Traductologie (IALT) s’inscrit dans la tradition de la formation de traductrices / traducteurs et interprètes depuis plus de 60 ans. Vous trouverez ici de plus amples informations sur l’histoire de notre Institut.

Universitätsarchiv Leipzig
Foto: Universitätsarchiv

Dans la ville universitaire de Leipzig, des traductrices / traducteurs et interprètes ont déjà été formés entre 1937 et 1945 dans des écoles privées et publiques.

« L’École de langues étrangères de la ville de Leipzig » fondée en 1945 au niveau communal a été transformée en école professionnelle publique en 1949.

Quatre ans plus tard, elle est devenue la « spécialité interprète et traducteur » du nouvel Institut pédagogique de Leipzig.

Le 1er septembre 1956, l’Institut d’interprètes a enfin été créé en tant qu’institution de formation à l’Université Karl Marx, fondée en 1409 sous le nom « Alma mater Lipsiensis ». Il s’agit de la deuxième plus ancienne université d’Allemagne après celle de Heidelberg.

Le 24 janvier 1969 est la date de création de la « Section de linguistique théorique et appliquée pour la formation en philologies de langues étrangères », qui comprenait le département de médiation linguistique (pour la formation en traduction et interprétation).

La réunification allemande a également provoqué d’importants changements dans le secteur de l’enseignement supérieur. Après des restructurations majeures, l’Institut de linguistique et de science de la traduction (ISÜW) a été créé en décembre 1993 et s’appelle l’Institut de Linguistique Appliquée et de Traductologie (IALT) depuis 1999. L’Institut fait partie de la Faculté de philologie, la plus grande des 14 facultés de l’Université de Leipzig.

La science de la traduction est une spécialité traditionnelle du site de Leipzig, mais aussi de la formation actuelle à l’IALT. En 1965 s’est tenu à Leipzig la première conférence internationale de science de la traduction au monde, qui a été suivie tous les quatre ans par d’autres conférences sur les questions fondamentales de la science de la traduction. Ces résultats ont eu un écho international et sont à l’origine de la réputation de « l’École de traductologie de Leipzig ».

Cette branche de la science de la traduction souvent désignée comme « l’École de Leipzig » était très axée sur la linguistique et la lexicologie, avec des spécialités dans les domaines des langues slaves, et réunissait des chercheurs comme Otto Kade (qui a introduit le terme « traductologie » pour regrouper les sciences de la traduction et de l'interprétation), Gert Jäger, Albrecht Neubert, Heide Schmidt et Gerd Wotjak.

La recherche en langues étrangères, en tant que discipline spécialisante de la linguistique appliquée, est étroitement liée depuis plus de 50 ans aux chercheuses et chercheurs de Leipzig, notamment Rosemarie Gläser et Lothar Hoffmann. La position scientifique largement reconnue de la recherche en langues étrangères se traduit notamment par l’appellation exogène « École de recherche en langues étrangères de Leipzig ».

Dans le contexte de la mondialisation et donc de l’augmentation du transfert de connaissances, les aspects cognitifs-communicatifs et interlinguistiques-interdisciplinaires-contrastifs de la communication spécialisée internationale sont devenus des objets actuels de recherche interdisciplinaire et de formation de la relève. Il était alors urgent de créer de solides capacités de recherche et d’enseignement pour répondre à la demande croissante au niveau mondial de cursus universitaires basés sur le transfert de connaissances en communication spécialisée internationale.

Depuis la fin des années 1990, le transfert (traductologique) et le traitement cognitif de structures informatives qui ont lieu lors des divers actes communicatifs et se basent sur des relations structurelles et fonctionnelles entre les différents niveaux de la communication spécialisée sont devenus des éléments centraux de l’analyse de la communication spécialisée sur le plan scientifique et stratégique. Une telle approche, communicative et cognitive par nature, est axée sur le développement constructif d’un modèle mental de transfert de connaissances dans la communication spécialisée ou sur son intégration dans les diverses stratégies de traductions relevant de la communication spécialisée et apparaissant dans le processus de traduction.

Les positions méthodologiques d’une recherche sur la communication spécialisée relevant de plus en plus de l'interdisciplinarité ont également ouvert de nouvelles perspectives aux disciplines partielles voisines de la linguistique appliquée – par exemple la traductologie – car l’approche structurelle-fonctionnelle et communicative-cognitive de la communication spécialisée offre des éclaircissements sur les vastes mécanismes de détermination du transfert de connaissances et peut permettre – grâce à l’application de processus d’enseignement et d’apprentissage correspondants – aux philologues et non philologues qui étudient des langues étrangères de spécialité de développer des connaissances et compétences communicatives dynamiques (productives/réceptives) spécifiques au domaine et à la formation.

En tenant compte des conditions individuelles et sociales préalables à l’acquisition et à la transmission de la langue et des connaissances de spécialité, la recherche à Leipzig vise également à optimiser les stratégies pratiques d’enseignement et d’apprentissage dans l’intérêt de la gestion communicative de situations spécifiques. L’expérience a démontré qu’une fonction d’intégration entre le cours de langue et les études de spécialité incombe à la traduction spécialisée.

CECI PEUT VOUS INTÉRESSER AUSSI

Recherche

Read more

Collaborations internationales

Read more